, ,

Chabas & Besson : une expérience de longue date

Voilà maintenant plus de 70 ans que Chabas & Besson officie dans le métier de l’hydraulique. Avec une spécialité pointue : la fabrication et la réparation de vérins hydrauliques sur-mesure. Une spécificité qu’elle a souhaité démontrer à ses clients et partenaires à l’occasion d’un tech-day organisé fin 2017 sur son site vendéen. Avec de nombreuses preuves à l’appui !

«Mieux se connaître », « procéder à  des échanges techniques approfondis », « nouer des relations de qualité », « renforcer la confiance »… Recensés par Marc Bédère, les objectifs de la journée technique proposée par Chabas & Besson en novembre dernier apparaissaient ambitieux. Le responsable de la société vendéenne souhaitait notamment que ses invités puissent constater par eux-mêmes les importantes évolutions dont a bénéficié son entreprise au cours de ces dernières années. Visiblement, le pari a été tenu si l’on en juge par le nombre de personnes présentes à cette occasion et par l’intérêt suscité par les différents ateliers et exposés techniques qui leur ont été proposés.  

« Mode affaires »
Il faut dire que Chabas & Besson peut légitimement se targuer d’une expérience de longue date. Spécialisée dans l’hydraulique depuis sa création en 1947 et entièrement concentrée sur le vérin hydraulique depuis 1985, l’entreprise a été reprise par Marc Bédère il y a sept ans. Elle a alors opéré un virage stratégique en se recentrant sur la réparation et la fabrication de vérins spécifiques, réalisés à l’unité ou en petites séries. Le fonctionnement en « mode affaires » est devenu la règle. Depuis leur conception au sein du bureau d’études jusqu’à leur réception par les clients, les projets qui lui sont confiés sont suivis de bout en bout par l’entreprise. Ses quelque cinquante collaborateurs, dont l’ancienneté moyenne dépasse la quinzaine d’années, sont entièrement dévolus à cette tâche. La majorité d’entre eux déploient leurs compétences sur le site du Poiré-sur-Vie où sont conçus et fabriqués les vérins neufs. Issues de l’ancienne société Merle, reprise par Chabas & Besson en 2005, les activités de réparation de vérins hydrauliques toutes marques, à l’origine d’un tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise, se développent quant à elles au sein de nouveaux locaux implantés à Fontenay-le-Comte. Effectif depuis 2016, le rapprochement  géographique de la fabrication et de la réparation s’avère fructueux en termes de partage d’expériences. Les synergies jouent à plein entre les deux activités.  

Maîtrise complète 
Fonctionnant dorénavant en flux tirés afin de pouvoir répondre à des clients soucieux de disposer de leurs équipements dans les meilleurs délais, les ateliers ont été dotés de nouveaux équipements leur permettant d’accroître leur autonomie.  Un tour à commandes numériques de grande capacité (8 mètres entre-pointe, 1.200 mm de diamètre), plusieurs postes de soudage ainsi que des moyens d’essais et de contrôle sont venus s’ajouter au parc machines existant. Usinage, fraisage, tournage, soudage, rodage, rectification, montage, peinture, tests… l’accent a été mis sur l’intégration des moyens permettant à l’entreprise vendéenne de s’assurer une maîtrise complète de ses opérations. habas & Besson s’engage également sur la parfaite étanchéité de ses produits. Un accord de distribution exclusive des joints et guidages de la société Hunger Dichtungen a été conclu à cet effet dès 2001. Combinant de nombreux  profils et matériaux, la vaste gamme de joints développée par le partenaire allemand permet de proposer une étanchéité tenant compte des critères propres à l’application des clients en termes de pression, température, vitesse, contraintes mécaniques, fluide utilisé, environnement du vérin, cadence de travail, etc. Les vérins Chabas & Besson de grosses dimensions et ceux nécessitants des performances élevées sont équipés de joints et guidages Hunger Dichtungen -  nommés « Hunger Inside » au sein de l’entreprise vendéenne - et leur étanchéité est attestée par un passage systématique sur un banc d’essais fonctionnant à des pressions pouvant s’élever jusqu’à 780 bar.

70 ans de rebondissements

 Créée en 1947 dans la région parisienne, Chabas & Besson a une histoire riche de « 70 ans de rebondissements » pour reprendre les termes de Marc Bédère, son actuel dirigeant. Spécialisée à l’origine dans les systèmes hydrauliques, l’entreprise se concentre quasi exclusivement sur la fabrication de vérins hydrauliques à compter de 1985.
En 1993, elle intègre le groupe Serta et s’implante dès 1995 sur son nouveau site du Poiré-sur-Vie, en Vendée. Suit une période d’acquisitions. D’abord, en 1997, du fonds de commerce de la société Application Hydraulique Sarrazin, spécialiste des auto-vérins. Puis, en 2005, de la société Merle à Aytré (17), spécialisée dans la réparation de vérins hydrauliques. En 2011, Marc Bédère reprend Chabas & Besson et sa filiale Merle. En 2015, Chabas & Besson et Merle fusionnent. L’activité Réparation est ramenée en Vendée, à Fontenay-le-Comte. Aujourd’hui, Chabas & Besson et ses deux marques – Merle et Auto-Vérin Sarrazin – emploie 50 collaborateurs et a réalisé 5,7 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017. Les deux tiers de ce montant sont générés par la conception et la fabrication de vérins hydrauliques et le tiers restant par les activités de réparation de vérins toutes marques.

Diversité
Forts d’une compétence accumulée de longue date, les collaborateurs de Chabas & Besson ont présenté de nombreux cas d’applications à leurs invités. Issus de domaines très diversifiés, ces derniers ont ainsi eu tout loisir de relier ces exemples aux problématiques qu’ils rencontrent dans le cadre de leurs activités.  
Au fil des années, l’entreprise vendéenne a démontré sa capacité à réaliser du plus gros au plus petit vérin. Qu’il s’agisse d’un vérin de 720 mm de course (alésage 700 mm, pression 280 bar) récemment livré sur un navire de déconstruction de plateforme pétrolière offshore en Mer du Nord ou de vérins miniatures d’un poids de 390 grammes (course 50 mm, diamètre 20 mm) utilisés pour l’ouverture et la fermeture des optiques d’un des modèles de la marque automobile Maserati, par exemple. Une autre réalisation récente a concerné un vérin permettant de déplacer de façon synchronisé les neuf rampes de pulvérisation montées sur un engin agricole (diamètre 20 mm, course de 200 à 500 mm, pression 130 bar). 
Dans le domaine de l’énergie, un vérin double effet de diamètre 400 mm pour une course de 890 mm, doté d’une tige en acier inox et d’un fût traité nickel-chrome, a été livré pour l’ouverture et la fermeture de vannes sur une centrale hydro-électrique. Chabas & Besson s’est également spécialisée dans les interventions concernant des secteurs aussi sensibles que les centrales nucléaires de dernière génération. Avec, par exemple, la livraison de vérins pour la commande de vannes de vapeur. D’alésages 125 à 240 mm et de courses 100 à 286 mm, ces vérins sont équipés d’un gicleur pour la recirculation et la régénération de l’huile (en l’occurrence, un fluide HFDR extrêmement agressif). Particulièrement efficaces sur le plan de la sécurité, ils sont dotés de ressorts de rappel permettant de réaliser, sans énergie, 90% de la fermeture de la vanne en 0,1 seconde.
En outre, Chabas & Besson se voit parfois confier la réalisation de vérins pneumatiques. C’est notamment le cas d’un vérin double tige (100 et 60 mm) de diamètre 250 mm utilisé pour le serrage d’une bobine de 1,5 tonne pour le compte d’un client final intervenant dans l’offshore. Une réalisation ayant débouché sur la commande d’une série de 176 vérins similaires, tous équipés de joints composites en PTFE chargés bronze et de garnitures permettant un bon fonctionnement à sec. 

Auto-vérins
Les démonstrations relatives aux auto-vérins Sarrazin ont particulièrement retenu l’attention des participants à la journée technique du 21 novembre dernier. Développés par Chabas & Besson depuis 1997 suite à la reprise du fonds de commerce de la société Application Hydraulique Sarrazin, ces vérins autonomes sont dotés de leur propre génération de puissance. Embarquant moteur électrique, réservoir, pompe hydraulique et bloc fonction au sein d’une centrale hydraulique intégrée, les auto-vérins se présentent sous la forme d’un ensemble complet et compact et sont particulièrement destinés aux installations difficilement accessibles. Etanches et insensibles aux environnements extérieurs difficiles, ils permettent de s’affranchir de longues tuyauteries, souvent sources de fuites ou de pertes de pression. Leur maintenance limitée les rend aptes à fonctionner dans des domaines exigeants tels que les carrières et cimenteries (ouverture/fermeture de trappes à distance), les ports et les voies d’eau (relevage de passerelles, commande de portes d’écluses), les matériels militaires (ouverture/fermeture de panneaux scellés pour munitions sur un navire), les stations de biogaz (zone Atex), les machines spéciales, etc… Différentes versions de vérins autonomes (en ligne, centrale parallèle ou perpendiculaire au vérin, vérin annexe supplémentaire…) sont proposées en fonction de l’application. Dernièrement, Chabas & Besson s’est vu commander une série de plus de 100 auto-vérins destinés à une usine de soudure de rails sur un chantier ferroviaire. La société vendéenne vient également de livrer avec succès 52 vérins autonomes utilisés pour la mise en place de la nouvelle enceinte de confinement de la centrale nucléaire de Tchernobyl (voir à ce sujet l’article paru dans Fluides & Transmissions n° 171)…

Service en ligne
Au-delà du produit, Chabas & Besson souhaite mettre l’accent sur le service rendu à ses clients. La mise en place de comptoirs de réparation rapide au sein de ses sites du Poiré-sur-Vie et de Fontenay-le-Comte ainsi que l’élaboration de contrats de maintenance de différents niveaux participent de cette volonté. En outre, l’entreprise vendéenne vient de dévoiler un tout nouveau service en ligne relatif à la réparation rapide de vérins hydrauliques courants. Destiné à répondre aux interrogations des clients quant au choix entre la réparation ou l’acquisition d’un vérin neuf, la nouvelle application RépaRapid (accessible sur le site web de l’entreprise) permet, en quelques clics, de connaitre le prix et le délai d’une réparation et donc, d’identifier la meilleure solution en temps réel. 
Alors que, dans le cadre d’une démarche classique, la réparation ne commencera qu’une fois les pièces détachées (joints…) approvisionnées, la mise en œuvre de RépaRapid permet, une fois renseigné le type du vérin à réparer et ses caractéristiques, d’obtenir immédiatement le prix et le délai de la réparation. Il suffit alors au client d’éditer le devis et de le remettre avec le vérin concerné à Chabas & Besson qui, de son côté, pourra (si nécessaire) procéder à la commande des pièces nécessaires.La nouvelle application se traduit donc par une prise de décision en toute connaissance de cause et un gain de temps appréciable lors de la réparation. 
Dans le cas où des opérations non prises en compte sont à prévoir, Chabas & Besson propose un nouveau devis, mais sans pour autant bloquer l’approvisionnement en pièces détachées. Le client est alors libre d’accepter le deuxième devis ou de demeurer sur le premier.

Nouvelles implantations
Chabas & Besson fonde beaucoup d’espoirs sur le développement de ce nouveau service. « Notre développement futur sera basé sur deux axes principaux : un accroissement de nos actions vers les constructeurs d’équipements et une intensification de nos activités de réparation de proximité au bénéfice des utilisateurs », explique Marc Bédère. Une activité d’échange standard de vérin va ainsi être mise en place pour le compte des clients constructeurs, tandis que l’implantation de nouveaux comptoirs est à l’étude, notamment à Bordeaux et à Rennes, en association avec des partenaires locaux. 
Déjà certifiée ISO 9001, Chabas & Besson a, par ailleurs, lancé une procédure visant à l’obtention de la version 2015 de cette norme qualité dès le début de cette année. 
Sur la base de ces différents projets, et soutenue par une conjoncture favorable, l’entreprise vendéenne prévoit un bon développement de ses activités dans les mois à venir. De 5,7 millions d’euros en 2017, son chiffre d’affaires devrait ainsi passer à 6,2 millions d’euros cette année…

Les derniers articles sur ce thème

La demande ne cessant d'augmenter, l'industrie manufacturière doit s'appuyer sur des technologies d'entraînement robustes dans le cadre de…

Les paliers Life-Lube de NSK sont de plus en plus prisés dans l'industrie agroalimentaire et le secteur des boissons pour une bonne raison : ces…

Selon Philippe Dutheil, le directeur général des sept salons régionaux SEPEM INDUSTRIES qui permettent aux industriels d’une région de…