L’huile Panolin HLP SYNTH 32 répond aux exigences des systèmes hydrauliques modernes.

Première huile hydraulique rapidement biodégradable à avoir obtenu l’écolabel « Ange bleu » il y a environ 20 ans, Panolin HLP SYNTH 32 a également été la première à figurer sur la Bosch Rexroth RDE 90245 Fluid Rating List (ISO 15380 en combinaison avec le test RFT-APU-CL).

@ Panolin

« Le développement des systèmes hydrauliques à hautes performances et la compatibilité des nouveaux fluides hydrauliques et additifs ne se reflètent que partiellement dans les tests utilisés jusqu’à présent. Alors que dans les années 1970, la densité de puissance spécifique était comprise entre 4 et 5 KW/kg par rapport au poids de la pompe, elle a quasiment doublé dans les années 2010 pour atteindre plus de 8 KW/kg », explique Patrick Lämmle, président de Panolin International. Les fluides hydrauliques d’aujourd’hui doivent s’adapter à ces évolutions, notamment des unités de pompage plus petites avec un débit plus élevé et l’augmentation des rendements des systèmes hydrauliques.
« Il arrive parfois qu’un fluide hydraulique conforme à la norme DIN 51524 Partie 3 ou ISO 15380 ne satisfait plus aux exigences des systèmes hydrauliques les plus récents telles que des pressions plus élevées, un temps de circulation réduit, des réservoirs plus petits et un temps de repos plus court », poursuit Patrick Lämmle.

La procédure d’évaluation neutre élaborée par Bosch Rexroth reflète ces nouvelles exigences en testant les caractéristiques et interactions des fluides avec les composants clés, tels que la pompe et le moteur, dans des conditions de fonctionnement réalistes. Un test de pompe et de moteur ainsi qu’un test d’étanchéité spécifique soumettent les fluides à de fortes pressions et à différents cycles pendant plusieurs centaines d’heures, aussi bien à hautes températures qu’à basse viscosité. Le nouveau test est effectué jusqu’à 500 bar, contre 350 bar pour les tests conventionnels.
Homologuée par de nombreux fabricants, l’huile HLP SYNTH « diminue les coûts de maintenance et d’immobilisation de leurs machines et installations, augmente la sécurité de fonctionnement et donc réduit les coûts d’exploitation de manière considérable », en conclut Patrick Lämmle.