, ,

Oilgear, un centenaire en pleine forme

La firme américaine, spécialisée dans les ensembles électro-hydrauliques, a eu 100 ans le 15 janvier dernier. L’occasion d’en retracer les dates saillantes avec le PDG de la filiale française et VP Europe, Frédéric Jamet, qui annonce d’ores et déjà plusieurs nouveautés et un bilan plutôt positif dans le contexte difficile du moment. Les 30 salariés français ont en effet travaillé sans discontinuer en 2020. 
Pour autant, la PME ne relâche pas ses efforts. La visibilité est correcte pour les 6 prochains mois. Au-delà, Frédéric Jamet préfère rester prudent.

© Oilgear

Oilgear vient d’avoir 100 ans, le 15 janvier 2021. L’anniversaire revêt une teinte étrange cette année, compte tenu des restrictions sanitaires. Impossible de célébrer en grande pompe (sans mauvais jeu de mots) l’événement. Mais la filiale française prévoit malgré tout de réunir ses clients par petits groupes pour les accueillir sur son site de Croissy-Beaubourg, en Seine-et-Marne.
Connue pour ses ensembles électro-hydrauliques, l’entreprise opère à l'échelle mondiale, sur de nombreux marchés. Basé à Traverse City, dans le Michigan, Oilgear est né à Milwaukee (Wisconsin). Elle fait désormais partie d’une holding, la Texas Hydraulic holding, propriété elle-même d’un groupe financier, Wynnchurch Capital, qui pèse deux milliards de dollars.
Sa présence en Europe remonte à plus de 50 ans, en Allemagne, puis en France depuis 1985 avec le rachat de Towler (Leeds, en Angleterre). Frédéric Jamet arrive dans l’entreprise, alors baptisée Oilgear-Towler, en 1987. Il en deviendra le PDG en 2007.
« Nous avons eu à cœur de développer la filiale dans ses métiers de base, à savoir les systèmes dédiés aux presses de transformation des métaux. Nous étions à l’époque très axés sur l’extrusion, notre force. Au premier janvier 2012, j’ai pris la responsabilité de la zone Europe : Allemagne, Espagne, Italie, Angleterre et France. »
En 2017, l’Angleterre revient dans le giron américain. Frédéric Jamet reprend le contrôle d’une usine au Mexique et aux Etats-Unis (Milwaukee). L’Europe continentale représente à ce jour 20 % du chiffre d’affaires du groupe, dont 7 % pour la France.

Peu impacté par la crise
« La part de l’activité due à la France est stable sur les cinq dernières années. Mais le marché a évolué : la forge et l’extrusion ne représente plus que la moitié de l’activité, contre 90 % précédemment. L’autre moitié adresse le secteur aéronautique, parmi d’autres secteurs. » La crise sanitaire a lourdement impacté le secteur de l’automobile partout dans le monde, mais a relativement épargné Oilgear en France : « nous ne travaillons pour l’automobile que via les bancs de tests proposés à ce secteur dans le cadre de leur développement de produit. Nous sommes donc peu exposés » relate le PDG.
À telle enseigne qu’Oilgear n’a jamais cessé son activité (tout en instaurant du télétravail), n’a jamais eu recours au PGE (prêt garanti par l’Etat) ni même au chômage partiel. « Même si les commandes sont à -40 % dans le secteur aéronautique, les machines continuent de tourner » justifie Frédéric Jamet. La filiale a ainsi équipé la ligne d’assemblage final de l’A350 en équipements hydrauliques, et fourni les groupes hydrauliques de la ligne d’assemblage final du Rafale à Mérignac. De belles signatures pour la PME de 30 salariés, qui prévoit trois créations de postes cette année, dont des postes d’ingénieurs. Par ailleurs, Oilgear entend demeurer au plus près de ses clients : « nous avons déployé des services à distance gratuits pendant le confinement, pour épauler nos clients. J’observe que le secteur aéronautique se prépare au rebond. Les investissements programmés seront plus stratégiques pour ne pas rater le train de la reprise. »
Le secteur oil & gas compte également pour beaucoup dans l’activité du groupe : « Nous sommes présents à travers les systèmes de tensionneurs, en off shore. Nous proposons pour cela des blocs forés à très gros débits, pour des vérins de grandes tailles qui peuvent se mouvoir à 4 m par seconde ! » Les valves spécifiques et les régulateurs complètent l’offre d’Oilgear.

Première pompe à débit variable
La firme américaine a su s’imposer très tôt avec ses solutions : « n’oublions pas que la première pompe hydraulique industrielle 24/24 à débit variable mise sur le marché l’a été au moment de la seconde guerre mondiale par Oilgear. Elle a connu un succès phénoménal. »
Cette solution a permis d’asseoir la notoriété du groupe partout dans le monde. « Les pompes heavy duty sont notre produit d’appel. Towler a complété ces solutions par de la haute pression, employée en forge » rappelle Frédéric Jamet. Les solutions technologiques se suivent et ne se ressemblent pas : Oilgear a parfaitement intégré les besoins en flexibilité, économies d’énergie ou communication. Les nouvelles gammes répondent à ces critères dans l’hydraulique, les systèmes complets mais aussi le contrôle commande. L’évolution s’est réalisée au fil des années, brique après brique. La vitesse variable a été intégrée pour permettre de réaliser de substantielles économies d’énergie avec le POD (Power On Demand). « Sur cette lancée, nous avons mis en service à la fin de cette année 2020 le premier système de forge incluant une solution de maintenance prédictive (SMPS). La machine fournit sa courbe de température en continu. Cela nécessite des capteurs, mais aussi un logiciel autoapprenant amélioré » annonce le PDG français.
Ce système complet de 2 megawatts inclut le Smart monitoring & Predictive System (SMPS) ainsi que le Power On Demand (POD). « Les aides à l’économies d’énergie réalisées peuvent atteindre 10 % du CAPEX » se réjouit le PDG de la filiale française. L’économie d’énergie récurrente représente 25 %, à production égale.

Nouvelle pompe
La nouvelle pompe XB5, sortie en janvier 2021, confirme la capacité d’innovation d’Oilgear dans son domaine : « elle apporte une vitesse de rotation supérieure à ce qui se fait actuellement, pour pouvoir exploiter au mieux la vitesse variable, et une meilleure compacité » souligne Frédéric Jamet. Le produit s’adresse aux engins mobiles aussi bien qu’à l’industrie. « Le positionnement qui est le nôtre, notre diversification, nous a permis d’amortir le choc en 2020. Ce sera le cas sans doute en 2021. C’est un résultat collectif. Je ne veux pas apparaître exagérément optimiste, mais nous avons une visibilité correcte à 6 mois. Nous avons même embauché trois ingénieurs et techniciens service après-vente, sur un effectif de moins de 30 salariés. » La filiale espagnole n’a pas, elle non plus, eu recours au chômage partiel. En Allemagne, l’équipe a mis en place du chômage partiel au deuxième trimestre 2020 et au début du troisième. À court terme, Oilgear peut se réjouir des perspectives qui s’annoncent. À plus long terme, Frédéric Jamet demeure prudent, mais confiant. 

Oilgear, Towler et Olmsted Products, une histoire déjà ancienne

Towler Brothers a été créée en 1935 par Frank et John Towler, pionniers de la haute pression (700 bars) et du passage de l'eau à l'huile comme moyen de transmission de l'énergie sur les systèmes de grande taille. La société s'est d'abord fait connaître par ses pompes à grande vitesse, mais grâce à sa croissance et à ses acquisitions, Towler Hydraulics est devenu un des principaux fabricants britanniques d'hydraulique et un fournisseur de solutions pour les systèmes hydrauliques complets. En 1985, l'entreprise a été rachetée par Oilgear.
Sous le nom d'Oilgear Towler, le centre de fabrication et de service basé à Leeds a été intégré à une entité mondiale. Les capacités traditionnelles de Towler ont été combinées à celles d'Oilgear pour offrir une fiabilité, une efficacité et une qualité accrues à ses marchés industriels traditionnels, ainsi qu'à une nouvelle base de clients dans des secteurs aussi divers que l'énergie, le sous-marin, le mobile, la marine, le civil et l'aérospatial. 
Olmsted Products a plus de 40 ans d'expérience dans la fabrication de vannes hydrauliques innovantes pour applications critiques à haut débit et haute pression. Tout au long de son histoire, elle a fourni des solutions sophistiquées pour divers marchés, avec une popularité particulière sur les marchés maritime et offshore. Olmsted Products est une filiale de Oilgear, avec une expertise déterminante pour la croissance de la société sur des marchés émergents tels que le sous-marin. Par exemple, les blocs tensionneurs certifiés DNV et ABS de la division Olmsted Products se trouvent maintenant sur presque tous les navires de forage modernes du monde.

Les derniers articles sur ce thème

Pour éviter les anomalies, il est impératif de respecter les vitesses d’écoulement d’une huile minérale, un paramètre souvent négligé. Cela…

Depuis la directive machine de 2006, de nombreuses normes complètent l’arsenal sécuritaire dans le monde industriel. La sécurité fonctionnelle…

Linde Hydraulics présente sa nouvelle génération de distributeurs pour engins mobiles. Le nouveau bloc de soupapes VW 22/18 M5-03 pour circuit…