Soc Hydro maintient le cap

Presse à sertir pour la production de flexibles industriels. © Soc Hydro

Crise sanitaire ou pas, Jean-Raphaël Kent, président de Soc Hydro, ne s’en laisse pas conter. L’industriel poursuit sa feuille de route en investissant dans son outil de production. Deux nouvelles lignes ont été installées en novembre 2020 sur le site de Saint-Loubès (Gironde), pour produire des flexibles destinés au secteur de l’hydraulique de puissance.

Des lignes de coupe et des sertisseuses Finn Power haut de gamme, équipées d’ordinateurs de bord ICC ultra performants, ont pris place dans l’annexe de 900 m2, construite début 2020. Ces machines permettront de répondre à la demande des constructeurs, notamment agricoles. Montant de l’investissement : 100 000 €. « Nous n’avons pas eu recours aux aides de l’Etat » se réjouit Jean-Raphaël Kent, bien qu’impactés par la crise à hauteur de 10 % du chiffre d’affaires. « 2020 sera une année étale par rapport à 2019, et nous devrions atteindre le même chiffre d’affaires de 8,5 M€, soit moins que l’objectif de 9,5 M€. »
Une relative bonne nouvelle dans un contexte plus que chahuté. Le président l’explique simplement : « nous produisons des consommables. Quand un flexible casse, il doit être changé. Nous devons nous tenir prêts à pourvoir aux besoins, comme nous l’avons été après la crise des subprimes en 2008. »
Jean-Raphaël Kent maintient donc son développement : embauches de commerciaux et de techniciens en cours, pourparlers pour l’ouverture d’une agence à Bayonne. Même s’il déplore le manque de visibilité pour l’année 2021, le président de Soc Hydro maintient le cap.