, ,

Tholéo : un nouveau nom pour La RHC

La RHC devient Tholéo. Cette dénomination se veut représentative des valeurs prônées par le réseau d’hydrauliciens indépendants français depuis son origine. Mais pas seulement. Les nouvelles structures mises en place et les objectifs ambitieux définis lors de sa dernière assemblée en attestent. 

Désormais, il ne faudra plus parler de La RHC, mais de Tholéo. Après plus de 15 ans d’existence, le réseau des hydrauliciens certifiés change de nom. « Tholéo peut se traduire par “Puissance hydraulique’’, explique Florian Ledroit, président du réseau. Les racines du nom Tholéo sont composées de Thor, le Dieu de la force et de la puissance, et d’Oléo, qui signifie “l’huile’’ ». Un pictogramme constitué du symbole de la pompe hydraulique représenté en bleu, blanc et rouge complète le nouveau logo en insistant sur la qualité française que souhaite représenter le réseau : la « French Touch de l’Hydraulique » pour reprendre les mots de ses responsables ! Enfin, la signature « Réseau d’hydrauliciens certifiés » permet de souligner et de renforcer le positionnement original du réseau dans le paysage industriel français.

Fédérer les compétences
Car c’est vraiment une démarche atypique qui a présidé à la création, au début des années 2000, de ce qui s’appelait alors La Réparation hydraulique contrôlée. Les membres fondateurs de l’époque souhaitaient avant tout partager leurs solitudes de chefs d’entreprises et mettre leurs savoir-faire en commun afin de développer leurs activités tout en gardant leur indépendance. Un pari qui n’avait rien d’évident sur un marché ultra-concurrentiel, mais qui s’est concrétisé au fil du temps avec la mise en œuvre de nombreux projets communs en termes d’achats, de formation et de qualité, pour n’en citer que quelques-uns. 
Aujourd’hui, Tholéo fédère les compétences d’une vingtaine de responsables de TPE et PME offrant un panel complet de services hydrauliques allant de la vente de composants à la réalisation de systèmes complets en passant par la réparation, la maintenance, le tuyautage ou la dépollution… Et les responsables du réseau ne cachent pas leur ambition de parvenir à rassembler 40 à 50 membres dans un avenir proche. 
« Plus que jamais, notre objectif principal est d’accompagner les dirigeants de TPE et de PME hydrauliques sur les problématiques qu’ils rencontrent quotidiennement et de leur apporter des idées de développement de leurs activités. Le tout dans un esprit de partage, de solidarité et de respect mutuel », déclare Florian Ledroit. Bien au-delà de la simple mutualisation des achats, c’est donc une véritable fédération des moyens techniques et des ressources humaines qui s’est mise en place au sein du réseau. Tout cela pour le plus grand bien de ses membres mais aussi, et surtout, de ses clients à qui sont proposés un haut niveau de compétence et une offre toujours plus qualitative. 

Structuration
Outre le caractère symbolique du changement de nom, d’importantes décisions concrètes ont été prises lors de la dernière assemblée générale du réseau, organisée à Besançon fin 2017. A commencer par sa structuration autour de cinq commissions permanentes, chapeautées par un animateur au niveau national et appelées à se réunir régulièrement dans le cadre de visioconférences permettant de combiner efficacité et gain de temps en s’affranchissant des problèmes liés aux déplacements. D’une durée volontairement limitée à une heure, ces réunions devront déboucher sur la mise en place de plans d’actions concrets. Pour ce faire, chaque commission a vu ses objectifs clairement énoncés. La commission « Valorisation et formation des ressources humaines » a ainsi proposé la mise en place de nouvelles habilitations hydrauliques Tholéo dont l’objectif est de garantir aux clients du réseau que ses équipes – depuis les magasiniers jusqu’aux collaborateurs sur le terrain en passant par les commerciaux sédentaires, les techniciens en ateliers et les responsables du SAV – sont bien formées et disposent des compétences leur permettant d’intervenir dans les règles de l’art. Chapeautée par Didier Dallet, dirigeant de la société Hydraulique Aquitaine, la commission a déjà élaboré plusieurs types d’évaluations que chaque chef d’entreprise s’est ensuite chargé de faire passer à ses collaborateurs, débouchant ainsi sur un inventaire précis des compétences au sein du réseau.

Quatre niveaux d’habilitation (Fondamentaux et sécurité, Technique/Schéma/Réparation/Sécurité, Méthodes de recherche de pannes, Proportionnelle et électronique associée) ont été définis. Le tout adossé à un parcours de formations sur-mesure assurées par la société In Situ, alternant cours par Webcam et travaux pratiques réalisés au sein des ateliers de certains adhérents référencés. « Cet effort d’habilitation permet d’asseoir notre crédibilité auprès des donneurs d’ordres. Notre objectif consiste à élaborer un véritable label reconnu par l’ensemble de la profession », précise Didier Dallet.

Numérisation et innovation
Industrie 4.0 oblige, le réseau souhaite numériser ses offres de services ainsi que ses outils de travail et de production. Une commission « Numérisation des environnements de travail » a été créée à cet effet. Placée sous la responsabilité de Franck Bracchini (FC Hydro Service), cette commission a présenté plusieurs modes susceptibles d’être partagés par l’ensemble des adhérents. Notamment par la sélection d’une application permettant de simplifier le traitement administratif des prestations réalisées en ateliers ou dans le cadre du SAV grâce à l’utilisation de tablettes tactiles. Plusieurs membres du réseau, tels que Meca HP, CTDI, Atlantique Hydraulique, Hydrau Mel, PLS, RPS ou ATHP, mettent déjà en œuvre des solutions numériques permettant d’assurer la parfaite traçabilité de leurs interventions tout en réduisant les formulaires papier. « Le travail de la commission sera notamment de s’assurer que tous les membres du réseau puissent engager de telles démarches au sein de leurs entreprises respectives », déclare Franck Bracchini.
Le développement de nouvelles technologies et la promotion de l’innovation s’inscrivent également dans les objectifs prioritaires de Tholéo. C’est le rôle de la commission « Innovation et veille technologique ». Son responsable, Gwendal Conan, a présenté les nombreux outils et solutions concourant à faciliter la tâche des collaborateurs de sa propre entreprise, Hydrau Mel à Angers, qu’il s’agisse de micro soudage, de rectification pendulaire de tiges de vérins ou encore de filtration connectée permettant un suivi de la dépollution à distance… « Relativement aisées à mettre en place, ces différentes solutions se traduisent par un retour sur investissement inférieur à un an, affirme Gwendal Conan. Elles présentent en outre l’avantage de motiver nos collaborateurs, gagner en efficacité et en qualité et de nous différencier sur le marché. »

Mutualisation et échanges
Autre objectif prioritaire du réseau Tholéo : le renforcement de la mutualisation des achats, source d’efficacité auprès des clients et d’élargissement du panel de marques et de services proposés par chaque adhérent. La commission « Achats et services », placée sous la responsabilité de Stéphane Wagner (Ethywag) et d’Eric Bouygues (Hydrolec), œuvre à la mise en place d’un reporting permettant d’identifier les points d’amélioration au niveau des prix, des frais de transport et de la qualité du service, tout en se portant garante de l’autonomie de chaque adhérent sur ces différents postes. Parmi les projets à l’étude : la création d’un groupe d’échange sur WhatsApp, une mutualisation des transports à l’échelle du réseau ou encore l’élaboration d’un annuaire recensant les différentes marques et les distributeurs qui les proposent… Enfin, les échanges entre les adhérents sur des questions telles que les bonnes pratiques, les exigences réglementaires et la validation des processus relèveront de la commission « Responsabilité et devoirs du chef d’entreprise » dirigée par Florian Ledroit, président du réseau Tholéo et de la société ATHP. Cette commission constituera également un espace adéquat pour rompre l’isolement du chef d’entreprise qui pourra échanger avec ses pairs sur des problématiques communes.

Formation et recrutement
Particulièrement concernées par les problèmes liés au recrutement et à la formation d’hydrauliciens, qui peuvent parfois constituer un véritable frein au développement de leurs entreprises, les membres de Tholéo ont engagé une vaste réflexion en vue de pérenniser le métier d’hydraulicien et réduire les coûts de formation et de recrutement. 
Les sociétés In Situ et Hydrau Mel ont élaboré à cet effet le logiciel « Pascal » qui fournit aux techniciens les informations, procédures et notes de calculs leur permettant d’acquérir en quelques jours seulement les fondamentaux en matière de maintenance hydraulique. Disponible sur tablettes et basée sur huit modules de détermination de raccords, joints, flexibles, distributeurs, filtres… cette application est actuellement en phase de tests au sein de Tholéo où elle suscite un véritable engouement. Dès mars prochain, le réseau aura la possibilité d’acquérir une version bêta-testeur de ce logiciel. Avant sa commercialisation à l’ensemble des entreprises hydrauliciennes... 
« Tholéo engage une véritable mutation, tant dans son organisation que sur son modèle de développement, assurant un lien opérationnel et organisationnel entre ses membres, conclut Florian Ledroit. A l’heure de la révolution numérique, Tholéo assume pleinement le développement de sa propre communauté, autour du savoir-être et du savoir-faire. »

Les derniers articles sur ce thème

La demande ne cessant d'augmenter, l'industrie manufacturière doit s'appuyer sur des technologies d'entraînement robustes dans le cadre de…

Les paliers Life-Lube de NSK sont de plus en plus prisés dans l'industrie agroalimentaire et le secteur des boissons pour une bonne raison : ces…

Selon Philippe Dutheil, le directeur général des sept salons régionaux SEPEM INDUSTRIES qui permettent aux industriels d’une région de…