Axelle, le concept-machine

Axelle est une ligne d’assemblage automatisée composée d’un convoyeur, d’un poste robotisé d’assemblage et d’un chariot convoyeur autoguidé (AGV). 
© CCN – ats

Sous ce nom se cache une ligne de production complète et opérationnelle, à la croisée de l’automatisme (OT) et de l’informatique d’entreprise (IT).

Il s’agit d’une ligne d’assemblage automatisée composée d’un convoyeur, d’un poste robotisé d’assemblage et d’un chariot convoyeur autoguidé (AGV). Les process de réglages et de paramétrages d’installation et de mise en route ont été simplifiés pour une prise en main la plus ergonomique possible. Un technicien disposant de connaissances en automatisme est ainsi tout à fait en mesure de l’intégrer et de la connecter, dans n’importe quel univers industriel. Selon les besoins, l’opérateur peut basculer du mode automatique au mode collaboratif, et interagir avec la machine de manière parfaitement sécurisée, grâce à des capteurs de présence humaine. Axelle est équipée de capteurs et actionneurs électriques et pneumatiques, qui permettent d’arbitrer à tout moment entre productivité, précision et économies d’énergie, selon les objectifs visés. La machine s’adapte désormais au tempo de l’opérateur, et plus forcément l’inverse. Huit industriels composant le Collectif Continuité Numérique (CCN), ont présenté cette machine en mai 2020 : Festo, SAP, Gfi, ifm electronic, Phoenix Contact, SICK, SEW USOCOME et Stäubli. Cette dernière s’adresse à quatre profils de collaborateurs : les opérateurs de production, les opérationnels de la maintenance, la direction de production et industrielle et les clients, qui peuvent saisir leur commande depuis une tablette.

Nos dernières actualités

Poclain Hydraulics vient d’entrer au capital de deux entreprises : Emsiso, une société slovène experte des machines électriques, et Samsys, start-up française dédiée à l’internet des objets et l’IA.

Avec une hausse de 21% en 2021, à 1,16 milliard d'euros, ifm electronic enregistre des résultats records, qui valident la stratégie de cet ETI familial.

Le spécialiste des capteurs Baumer investit plus de 19 millions d'euros dans un nouveau centre de R&D au siège de Frauenfeld, en Suisse.

Tony Welter remplace désormais Astrid Mozes à la tête de la division hydrostatique.

Le chiffre d'affaires du fabricant Sick est en hausse de 19% et les commandes augmentent de 34% en 2021.

Le laboratoire d'Endress+Hauser vient d'obtenir son accréditation Cofrac pour l'étalonnage de chaînes de mesures et transmetteurs de température exploitant des sondes Pt100.