Diminuer le coût total de possession :
Leroy-Somer formalise son offre de services

Bâtie autour de l’indicateur TCO (Total Cost of Ownership), la nouvelle offre de services de Leroy-Somer appréhende l’ensemble des coûts liés à un système d’entraînement pendant toute sa durée de vie. Une démarche structurée qui se traduit par d’importants gains en termes de consommation énergétique, de fiabilité et de disponibilité.

Avec 12 millions de systèmes d’entraînement (moteurs, motoréducteurs, variateurs) installés dans l’Hexagone et une part de marché revendiquée de quelque 25%, Leroy-Somer a souhaité se baser sur l’expérience accumulée au fil du temps pour élaborer une offre de services performante liés à ces matériels. Cette offre a été construite autour d’un indicateur universel : le TCO (Total Cost of Ownership) qui, pour reprendre les termes d’Alain Bondoux, directeur commercial Service & Distribution chez Leroy-Somer, « représente l’ensemble des coûts liés à un produit pendant toute sa durée de vie ». Car, contrairement à une idée encore trop largement répandue, l’investissement consacré à l’acquisition et à la mise en service d’un système d’entraînement ne représente que 3 à 6% de son coût global. L’essentiel de ce coût résulte de la consommation électrique du système, de sa maintenance, ainsi que des frais induits par les arrêts de production (pertes de production, réparation), conséquence d’une panne ou d’un dysfonctionnement. En fin de cycle vient s’ajouter le coût de recyclage, qu’il est également important de ne pas négliger.

Points de contrôle
C’est donc sur chacune de ces phases que Leroy-Somer a voulu se pencher lors de la structuration de son offre de services. « En proposant un service expert à chaque étape de la vie d’un système d’entraînement, notre objectif est double : optimiser sa consommation électrique et augmenter la disponibilité de l’outil de production. Le but ultime étant de permettre à l’exploitant de faire baisser son TCO », explique Eric Moreau, directeur Filiales de Services chez Leroy-Somer.  Mêlant tout à la fois conseils, assistance technique et interventions sur site, la démarche de Leroy-Somer commence ainsi dès l’installation et la mise en service. De fait, « qui mieux que le fabricant est le plus à même d’optimiser cette phase de démarrage ? », se demande Eric Moreau, s’opposant ainsi à un usage du marché qui voulait que jusqu’à présent l’installation et la mise en service du système soient effectuées par les utilisateurs eux-mêmes, des prestataires spécialisés ou des OEM disposant de leur propre structure de services. Or, « l’expertise de la motorisation appartient à son fabricant... Un moteur mal installé, mal mis en service ou mal maintenu consomme beaucoup plus », insiste Philippe Faye, directeur Communication et Marketing chez Leroy-Somer. C’est pourquoi Leroy-Somer a défini une démarche experte basée sur 50 points de contrôle des moteurs et motoréducteurs lors de leur installation. De la même façon, 57 points de contrôle sont vérifiés pendant l’installation des variateurs, 49 lors de la mise en service des moteurs et 62 pendant celle des variateurs (dont 20 concernant la pré-programmation). « Nous multiplions les mesures instrumentées et les contrôles afin de mieux comprendre les déviations et mettre en œuvre les actions correctives adéquates », explique Alain Bondoux. Recensés au sein d’une brochure spécialement dédiée aux services pour systèmes d’entraînement, ces points de contrôle vont des plus simples (connexions, graissage…) aux plus avancés (vibrations, harmoniques, protections moteur…) et peuvent générer des gains de consommation électrique allant jusqu’à 3%  - pour un dimensionnement correct des systèmes, par exemple - voire même jusqu’à 5% pour des points tels que la lubrification, le lignage et le calage… 

Service « Premium »
L’offre de services mise en place par Leroy-Somer se déploie également pendant toute la durée de vie de l’équipement. De fait, un équipement mal entretenu génère des surconsommations : jusqu’à 5% pour un mauvais alignement, 3% pour un équilibrage défectueux, voire jusqu’à 25% de pertes supplémentaires pour un déséquilibre de phase de l’alimentation ! Dans ce contexte de maintenance programmée, les points de contrôle définis par Leroy-Somer sont encore plus nombreux et incluent notamment des analyses vibratoires et thermographiques et le contrôle des harmoniques, de la qualité des organes et du courant sous tous ces aspects. Pour les interventions de maintenance curative ou d’urgence, c’est une cellule d’une centaine de techniciens qui est joignable grâce à un numéro vert pour des interventions 24h/24, 7j/7. « Ce dispositif unique sur le marché donne déjà des résultats très favorables car il répond véritablement à une attente », insiste Alain Bondoux. En outre, Leroy-Somer a constitué un réseau de 50 centres de service « Premium » sur le territoire français pour les interventions en local (installation, maintenance curative). « La proximité constitue un des principaux piliers de notre offre de services, explique Alain Bondoux. Avant d’obtenir le label « Premium », ces centres de service doivent satisfaire à plusieurs audits particulièrement rigoureux que nous menons à différents niveaux. D’abord sur le plan technique, afin de vérifier qu’ils disposent et maîtrisent l’ensemble des équipements leur permettant d’effectuer des interventions de qualité. Nous accompagnons ces centres dans leur montée en compétence, notamment en les faisant bénéficier d’une formation spécifique. Nous nous assurons ensuite qu’ils se conforment parfaitement aux réglementations en vigueur, notamment environnementales. Enfin, nous vérifions qu’ils disposent des habilitations nécessaires pour intervenir sur les différents sites des clients ».

Des résultats chiffrés
L’offre de services de Leroy-Somer repose également sur une expertise déployée tout au long de la durée de vie du système. Cette démarche inclue la fourniture de prestations d’audit et d’ingénierie en vue d’analyser l’ensemble des systèmes d’entraînement présents sur un site industriel, d’identifier les gisements de productivité et de formuler des recommandations concernant la modernisation ou le remplacement des équipements existants. Le tout dans une optique d’augmentation de leur disponibilité et de leur efficacité énergétique. Les experts de Leroy-Somer ont calculé que la mise en œuvre d’une telle démarche pouvait se traduire par des gains de productivité allant de 5 à 10% et des économies d’énergie de plus de 30% ! Ils en veulent pour preuve les résultats mesurés sur différents sites industriels tels qu’une installation de réfrigération sur laquelle le déploiement d’un contrat de surveillance « Diamis » a généré d’importants gains en termes de maintenance et un retour sur investissement en six mois seulement, ou encore l’installation de trois ensembles à vitesse variable sur un process de pompage hydraulique ayant permis un gain énergétique de 25%  chiffré à 70.000 euros, soit un ROI sur 14 mois… Autant d’exemples concrets qui mettent en avant les avantages significatifs de cette offre de services en termes de coûts et de disponibilité. 
« Sur la base des résultats obtenus sur le marché français, cette offre a vocation à être dupliquée à l’international », en concluent les responsables de Leroy-Somer.

Les derniers articles sur ce thème

La demande ne cessant d'augmenter, l'industrie manufacturière doit s'appuyer sur des technologies d'entraînement robustes dans le cadre de…

Les paliers Life-Lube de NSK sont de plus en plus prisés dans l'industrie agroalimentaire et le secteur des boissons pour une bonne raison : ces…

Selon Philippe Dutheil, le directeur général des sept salons régionaux SEPEM INDUSTRIES qui permettent aux industriels d’une région de…