, ,

Eurofluid, le sur-mesure dans les blocs forés

La PME italienne basée à Borzano di Albinea, près de Modène, participera à l’édition digitale du salon de Hanovre. Une première déroutante, mais qui vaut d’être tentée. Parallèlement, Eurofluid vient d’investir dans une salle propre dédiée au contrôle des pièces et dans l’automatisation, pour une enveloppe globale de 1 million d’euros. 

Le siège italien d’Eurofluid. © Eurofluid

Eurofluid sera présent sur la première version digitale du salon de Hanovre, en Allemagne. Le spécialiste italien des blocs forés sollicitera trois de ses collaborateurs, dont le responsable commercial Guy Blezeau, pour répondre aux questions des clients et visiteurs à travers un stand virtuel. « Nous participons à ce salon tous les deux ans, relate Guy Blezeau. C’est bien sûr l’occasion de rencontrer les clients que nous ne voyons pas au quotidien. Cette édition digitale sera peut-être un moyen de toucher davantage de public que lors du salon physique. »
Le principe est simple : les organisateurs envoient des invitations aux exposants. Ces derniers invitent leurs clients à échanger sur une plateforme numérique. Un rendez-vous en visio est planifié. « Un salon physique représente un coût important, en termes de déplacement, de frais d’hôtel, en sus du stand » souligne Guy Blezeau.
Même si Hanovre version digitale a quelque chose de déroutant, l’expérience vaut d’être tentée. « C’est un pari, indique le responsable commercial. Nous toucherons peut-être des visiteurs que nous n’aurions pas touché autrement. »

75 % de blocs sur mesure
Bien que connu en France pour ses blocs standards, Eurofluid réalise néanmoins 75 % de son chiffre d’affaires avec les blocs forés sur mesure. Ces blocs forés incluent différentes possibilités en termes de taille, de matière et de traitement de surface. Sur le salon digital de Hanovre, l’entreprise présentera également ses différentes gammes de blocs forés standard : embase simple cetop 3, embase multiple cetop 3, plaque de fermeture et plaque de réduction cetop 3, embase cetop 3 empilable avec 4 tirants, embase simple cetop 5, embase multiple cetop 5, plaque de réduction et plaque de fermeture cetop 5, embase modulaire cetop 5. La gamme cetop 5 se décline en cetop 7 et 8. Ces embases représentent 25 % du chiffre d'affaires. Elles sont disponibles sur le site marchand BtoB de l'entreprise : commande en ligne, visibilité sur les stocks et fiches techniques.
En termes d’investissements, la PME italienne poursuit son programme d’automatisation. Un robot est en cours d'installation sur un centre d'usinage pour le déplacement et le positionnement des blocs forés directement sur la machine. Cette tâche, autrefois dévolue à un opérateur, est donc automatisée. Cela permet de redéployer l’opérateur vers d’autres tâches, en particulier vers le contrôle de pièces. Cette robotisation doit s’étendre, dans le courant de l’année, aux 18 centres d’usinage horizontaux multipalettes fonctionnant au sein de l’établissement.

Des blocs forés sur mesure © Eurofluid

Salle propre
Eurofluid a également investi dans une salle propre. Objectif : contrôler la propreté des blocs forés. « Les constructeurs exigent toujours plus de propreté. Nous avons décidé de réaliser en interne ce contrôle, en faisant l’acquisition d’un microscope. Cet outil permettra de déceler la pollution par des particules métalliques ou des fibres. »
L’impératif de propreté s’impose en effet pour les blocs hydrauliques destinés au machinisme agricole, entre autres : les composants sont en effet fragiles et la moindre pollution peut générer des pannes, voire de la casse. 
L’activité a d’ailleurs tendance à repartir dans le domaine des engins mobiles, selon Guy Blezeau. Pour autant, « les semaines se suivent sans se ressembler. Nous enregistrons des commandes, mais la visibilité ne dépasse pas 3 mois. » Le nombre d’intérimaires, revu à la baisse dans un premier temps, a été réévalué à près de 8, pour une activité jugée normale en décembre 2020/janvier 2021. 

*Comité Européen des Transmissions Oléohydrauliques et Pneumatiques, la plateforme internationale des associations de transmissions de puissance hydrauliques et pneumatiques en Europe.

Eurofluid, tourné vers l‘export

L’histoire d’Eurofluid commence en 1957 : le fondateur Gino Lugli, après trente ans d’expérience technique, commence à travailler dans différentes entreprises mécaniques, notamment Lombardini Motori, la plus moderne à l’époque. En 1967 il fonde sa première société dans le secteur mécanique : LC Meccanica Generali, qui deviendra LC Oleodinamica en 1973, l’actuelle Bosch Rexroth divisione LC. En 1994, Gino Lugli, employant son expérience décennale dans le secteur mécanique et oléodinamique, crée Eurofluid Hydraulic avec l’intention de proposer un produit de haute qualité grâce aux compétences de son équipe nés dans le secteur oléodynamique. Eurofluid Hydraulic devient rapidement une référence en Italie et en Europe dans les marchés liés à la production des blocs pour valves hydrauliques. La PME italienne réalise désormais 80 % de son chiffre d’affaires à l’export.

Claudio Luigi © Eurofluid

Quatre questions à Claudio Lugli, directeur d’Eurofluid Hydraulic

Comment voyez-vous l'année 2020 en termes d'activité pour Eurofluid ?
Nous avons eu une baisse sensible du chiffre d'affaires en 2020 comme prévu. D'ailleurs, cela n'a pas eu d'impact sur notre développement futur. Nous avons également préservé le personnel qualifié en mettant en place des heures de chômage partiel. Un autre point important que nous voudrions souligner est que nous avons eu une très bonne gestion des coûts fixes et variables. 
 
La baisse d'activité observée 
a-t-elle un impact sur vos objectifs ?

Nous avons investi le temps libre dont nous disposions dans la formation du personnel et nous avons eu le temps de planifier tous les investissements pour la période 2020 à 2022. Mais les signes de reprise se manifestent déjà chez certains de nos clients.

 Vous venez d'investir dans des moyens d'automatisation et de contrôle de la propreté. Pouvez-vous me dire à quel coût ?
Pour cette période de 2020 à 2022, notre investissement s’élève à 1 million d'euros dans l'automatisation ainsi que dans la salle dédiée à la propreté.
 
Quelle sera votre stratégie pour 2021, et les années suivantes, en matière de restrictions sanitaires ?
Jusqu'à présent, nous avons eu très peu de cas dans l'entreprise, nous devons donc continuer avec nos procédures actuelles : assainissement périodique de tous les bureaux et de la production, autoprotection obligatoire (gants, masque), maintien des distances, travail intelligent lorsque cela est nécessaire et possible ou encore planification des équipes différées en production.

Les derniers articles sur ce thème

Les vérins Eaton de la gamme XL sont pourvus d’un revêtement d’Eatonite, une couche anti-corrosion très dense qui empêche l’altération du…

Hutchinson Le Joint Français prépare la construction d’un nouveau bâtiment logistique d’une surface de 4 000 m2, avec 300 m2 de bureaux et…

L’électrique remplace de plus en plus l’hydraulique dans certaines applications. C’est le cas des systèmes de direction assistée des…