,

NKE présente ses roulements brunis

© NKE

NKE Austria GmbH présente des roulements brunis au salon de Hanovre de cette année.

Le brunissage améliore le comportement au rodage et à l'usure des roulements et protège ces derniers contre les agressions du milieu ambiant. Cette technique se traduit par l’accroissement de la durée de vie des roulements, notamment dans des applications critiques telles que les réducteurs d'éoliennes.
Le brunissage permet de créer une couche de protection sur des pièces en fer ou en acier. Au terme d’un procédé chimique en plusieurs phases, la surface des pièces traitées est transformée en une couche d'oxydes mixtes d'une épaisseur d'un ou deux microns caractérisée par une coloration noire. Les composants de roulements brunis offrent des propriétés particulières, surtout lorsqu'ils présentent des mouvements relatifs entre eux. Une protection accrue s'observe déjà par le brunissage de certains éléments seulement, généralement celui des corps roulants. On obtient toutefois le meilleur résultat lorsque toutes les surfaces fonctionnelles d'un roulement sont brunies, c'est-à-dire les bagues intérieure et extérieure d'une part et les corps roulants d'autre part.
Par le brunissage, NKE utilise un procédé déjà éprouvé dans d'autres secteurs afin d'améliorer de façon ciblée les propriétés techniques de ses roulements. Dans la pratique, cette technologie s'est avérée judicieuse, notamment dans les roulements à rouleaux cylindriques (à rouleaux jointifs ou à cage), par exemple pour les gros réducteurs ou les réducteurs principaux d’éoliennes. En fonction des applications, d'autres types de roulements peuvent également être brunis. Le brunissage est indiqué par le suffixe SQ94, sachant que l’on utilise le plus souvent les modèles SQ94-B (corps roulants brunis) et SQ94-D (roulement complet bruni, à l'exception de la cage).

Nos dernières actualités

Poclain Hydraulics vient d’entrer au capital de deux entreprises : Emsiso, une société slovène experte des machines électriques, et Samsys, start-up française dédiée à l’internet des objets et l’IA.

Avec une hausse de 21% en 2021, à 1,16 milliard d'euros, ifm electronic enregistre des résultats records, qui valident la stratégie de cet ETI familial.

Le spécialiste des capteurs Baumer investit plus de 19 millions d'euros dans un nouveau centre de R&D au siège de Frauenfeld, en Suisse.

Tony Welter remplace désormais Astrid Mozes à la tête de la division hydrostatique.

Le chiffre d'affaires du fabricant Sick est en hausse de 19% et les commandes augmentent de 34% en 2021.

Le laboratoire d'Endress+Hauser vient d'obtenir son accréditation Cofrac pour l'étalonnage de chaînes de mesures et transmetteurs de température exploitant des sondes Pt100.