,

CMW sur les rails avec la SNCF

Créée en 2016, l’entreprise rhodanienne CMW a annoncé la signature d’un contrat de 3 ans avec la SNCF pour la réalisation d’engrenages de précision, classé catégorie 1. Cette nouvelle collaboration permet à CMW de valoriser le savoir-faire et performances de son unité de production de Corbas. Spécialisée dans la fabrication et le taillage d’engrenages haute précision pour les besoins de toute l’industrie (aéronautique, nucléaire, transport, maritime…), la PME est constituée de plus de 240 machines, d’un logiciel de mesure de performances temps réel et d’un haut niveau d’expertise de l’engrenage.

Ce nouveau contrat de trois ans repose sur la fourniture d’engrenages de précision, classé catégorie 1 et considérés par la SNCF comme étant des pièces ou ensembles montés fortement sollicités notamment ceux engageant la sécurité des circulations et des personnes. Déjà effective, cette nouvelle collaboration marque un tournant important pour la société qui a su regagner la confiance de la SNCF : « Rémy Barrère, usine auparavant installée Saint-Etienne, que nous avons repris en 2016, réalisait ce contrat et donc cette fourniture depuis environ une vingtaine d’années. Après les dépôts de bilan successifs de l’usine en 2012 et 2015, le contrat n’avait pas été renouvelé en 2016. Depuis cette date et la reprise par CMW, nous avons année après année par un petit filet d’affaires avec la SNCF, travaillé pour expliquer, démontrer, valoriser nos performances et le savoir-faire conservé par les compagnons, désormais installés dans notre usine de Lyon-Corbas. C’est le travail de toute une équipe compétente et dynamique qui a permis ce succès » explique Arthur Le Goff, dirigeant de CMW.

À propos de CMW

Créée par le groupement des ateliers Sotame, Metale Engrenages, Tem, AEP et Rémy Barrère en 2016 par Arthur Le Goff, l’entreprise Lyonnaise est spécialisée dans la fabrication, le taillage et la rectification d'engrenages, de brochage de tous types pour les besoins de toute l’industrie (aéronautique, maritime, ferroviaire, médical, éolien, énergie, robotique). 
Doté d’un atelier performant de 5 000 m2 à Corbas et d’une expertise unique dans son domaine, CMW est capable de répondre aux plus hautes exigences des entreprises en France et à l’international. L’entreprise compte aujourd’hui plus de 45 compagnons collaborateurs, et réalise un chiffre d’affaires de plus de 6 millions d’euros.

Parc de 240 machines
Ayant regroupé dans les mêmes locaux à Corbas, les ateliers Rémy Barrère Gears, AEP, TEM, Sotame et Metale après leurs rachats successifs, CMW s’est doté d’un outil de production de 5 000 m2 unique dans son domaine en France : constitué d’un parc de plus de 240 machines, de compagnons d’expérience, et d’outils de mesure de la productivité 4.0 « temps réel », l’entreprise rhodanienne est en capacité de répondre aux demandes les plus exigeantes de l’industrie (aéronautique, maritime, ferroviaire ou encore nucléaire) pour la fabrication et taillages d’engrenages.
Guidé par la recherche d’excellence et le respect des délais de livraison (l’OTD, on time delivery ou livraison à temps, de l’entreprise avoisine les 90 %), l’entreprise dispose d’une centaine de clients dont les fabricants mondiaux tels que Man, Fairbanks (USA), Safran, HHM (Chine) et exporte plus de 40 % de sa production hors d'Europe.
Cette nouvelle collaboration avec la SNCF est une bonne nouvelle de plus pour l’entreprise qui s’est aussi vu délivrer un diplôme de meilleur fournisseur de sa catégorie en Juin 2021 par Safran : « la signature avec la SNCF est une première étape. J’entends utiliser ce tremplin pour conquérir prochainement de futurs marchés avec d’autres grands donneurs d’ordre à la recherche d’engrenages fabriqués avec excellence » précise Arthur Le Goff.

Naissance de CMW
Le fabricant d'engrenages de grandes dimensions Rémy-Barrère Gears (ex-Rémy-Barrère Massardier) repris, ainsi que 17 de ses salariés, en janvier 2016 à la barre du tribunal de commerce de Saint-Etienne par le groupe lyonnais de mécanique Itafran, a vu son activité transférée de Saint-Etienne à Corbas au cours du premier trimestre de cette année. Moins d'une dizaine de salariés sont restés dans l'entreprise et effectuent quotidiennement le voyage en covoiturage. Rebaptisée CMW, la division engrenages d'Itafran regroupe désormais des activités de l'ex-société stéphanoise d'Itafran et d'une PME créée en 1985 : AEP (Ateliers d'engrenages de précision). Elle travaille notamment pour le secteur aéronautique et a été reprise en 2014 par le groupe industriel Itafran, qui se présente comme le leader français dans la fabrication et le négoce de composants de transmission mécanique, dont les engrenages, les réducteurs et les variateurs de vitesse. L'activité d'AEP avait été transférée l'année suivante à Corbas, au siège d'Itafran, le groupe familial détenu par Baptiste et Arthur Le Goff, ainsi que leur père Charles.

Conquêtes de nouveaux marchés
RBG était pour sa part spécialisée dans la taille et la rectification de dentures d'engrenages de grandes dimensions (jusqu'à 2,40 mètres de diamètre), avec les secteurs du ferroviaire, de la marine et des machines spéciales pour principaux débouchés. En fin d'année 2016, Arthur Le Goff, directeur de la production d'Itafran, exprimait ses craintes pour l'avenir de l'entreprise stéphanoise à la suite de la perte d'un marché pluriannuel (d'environ 600 000 € par an) avec la SNCF, un de ses principaux clients. Cette mauvaise nouvelle intervenait après la perte des marchés de Caterpillar USA et d'AxelTech Saint-Etienne, qui avait représenté près de 40 % du chiffre d'affaires de la PME stéphanoise. À la suite de la restructuration de l'activité engrenages, qui devrait réaliser cette année un chiffre d'affaires de 5 M€ avec une quarantaine de personnes, soit un tiers du chiffre d'affaires du groupe, il se déclare désormais « confiant dans notre capacité à gagner de nouveaux marchés dans ce secteur ». 

Les derniers articles sur ce thème