Hyd&Au structure son activité Vérins

La structuration de l’activité Vérins d’Hyd&Au bat son plein ! Entièrement dédiés à cette activité, les sites lorrain et néo-aquitain du groupe ont bénéficié d’investissements conséquents au cours de ces dernières années et devraient voir leur chiffre d’affaires combiné plus que doubler à l’horizon 2022. Les synergies internes au groupe Hyd&Au, acteur majeur dans la fourniture de solutions globales en mécatronique, seront mises à profit pour atteindre cet objectif.

Hyd&Au peut se targuer d’une longue expérience en matière de vérins hydrauliques puisque la création de la société Veraflex remonte à 1972. Cette entreprise spécialisée dans la fabrication de vérins mécano-soudés à partir de tubes et barres chromés emploie actuellement une quarantaine de personnes. Elle a bénéficié d’un doublement de superficie en 2017 pour un investissement de près de 2 millions d’euros qui s’est également traduit par l’arrivée de nouvelles machines à commandes numériques et la mise en service d’un hall de peinture. Le site de l’entreprise à Fauillet, en Lot et Garonne, dispose maintenant de 4.000 m2 couverts pour le développement de son activité.
Savoir-faire
En parallèle, le groupe Hyd&Au s’est porté acquéreur de l’usine de Creutzwald du fabricant lorrain de matériel d’exploitation minière Steeltech, mis en liquidation début 2016. Rebaptisé Hyd&Au Vérins, le site de Creutzwald est spécialisé dans la fabrication de vérins hydrauliques utilisés dans les environnements agressifs tels que les mines ou les activités portuaires. « Ces applications l’ont amené à développer un haut savoir-faire en termes de métallisation des tiges de vérins afin d’en accroître la durée de vie et la résistance à des conditions sévères de fonctionnement. Ces produits atteignent des performances qui se rapprochent de celles de la tige inox, mais à un coût bien moindre », précise Laurent Drappier, directeur général d’Hyd&Au Vérins.
L’activité de Creutzwald est actuellement en pleine phase de redécollage. « Il nous a fallu redémarrer l’usine qui avait été complétement à l’arrêt pendant près de 9 mois, puis relancer les embauches de salariés », se souvient Laurent Drappier. De 11 personnes au moment de la reprise, l’effectif de Creutzwald atteint maintenant 22 salariés, principalement des anciens employés repris par Hyd&Au et disposant d’un savoir-faire de haut niveau accumulé au fil des années. Un nouveau directeur industriel, Amaury Gillet, les a rejoints début 2019 pour coordonner les opérations des deux sites.

Investissements
Des investissements d’environ 1,5 million d’euros ont été consacrés au redémarrage et au développement du site de Creutzwald depuis sa reprise. « Il était également indispensable de recréer un lien de confiance avec les anciens clients », poursuit Laurent Drappier. Ce fut le cas avec Caterpillar, par exemple, qui a de nouveau certifié Hyd&Au Vérins début 2018, laissant présager la relance d’un courant d’affaires régulier entre les deux partenaires. Plusieurs audits ont également été menés avec succès par d’anciens donneurs d’ordres de l’entreprise désireux de renouer les liens avec celle-ci. Tous ces efforts n’ont pas été vains. « Aujourd’hui, nos principaux clients, dans les domaines de la sidérurgie, des équipements portuaires et de la production minière, sont revenus vers nous », se réjouit le directeur général d’Hyd&Au Vérins. Cette stratégie s’est avérée payante : de moins d’un million d’euros en 2017, les facturations de Creutzwald ont déjà plus que doublé l’année dernière.

Synergies
« Les usines de Veraflex et d’Hyd&Au Vérins représentent une superficie totale de 8.000 m2 pour une capacité de production de 12.000 vérins par an sur chacun des deux sites », explique David Couillandeau, président du groupe Hyd&Au. « Notre gamme comprend des vérins standard, des vérins modulaires réalisés sur des bases standard pour le secteur mobile et des vérins ISO 6020-2 en petites et moyennes séries destinés aux applications industrielles. A cela s’ajoutent les vérins spéciaux que nous concevons et fabriquons en réponse aux demandes spécifiques des clients et dont les dimensions peuvent atteindre jusqu’à 8 mètres de course et 600 mm de diamètre intérieur ». En outre, une activité de réparation de vérins est actuellement mise sur pied à Creutzwald qui, si les résultats s’avèrent concluants, sera dupliquée sur le site de Fauillet.
L’activité Vérins bénéficie pleinement des complémentarités à l’œuvre au sein du groupe Hyd&Au. « Notre orientation vers les systèmes complets intégrant hydraulique et automatismes nous amène à proposer une fonction plutôt qu’un simple composant. Traitant avec un seul interlocuteur, nos clients sont assurés de disposer de solutions intégrant plusieurs technologies de façon homogène », précise David Couillandeau. Ce fut récemment le cas dans le domaine ferroviaire pour l’équipement d’engins d’entretien des voies, ou encore dans le secteur métallurgique pour la rénovation d’un laminoir d’aluminium : deux affaires pour lesquelles Hyd&Au a pris en charge la réalisation complète des lots concernant l’hydraulique, les vérins et les automatismes.Ces synergies sont appelées à se renforcer. Les sites de Creutzwald et de Fauillet vont être fédérés sous une même identité dès cette année. Portée par cette dynamique, l’activité vérins d’Hyd&Au devrait voir son chiffre d’affaires passer de 6 millions d’euros en 2018 (dont 20 % à l’exportation directe) à 9 millions d’euros cette année. Avec, en ligne de mire, les 15 millions d’euros à l’horizon 2022… 

Les derniers articles sur ce thème

Le spécialiste néerlandais du machinisme agricole Kramp projette une extension du site de Poitiers, pour accompagner sa croissance. Chaque jour,…

L'université des sciences appliquées de Sarrebrück (htw saar) est l'une des universités les plus axées sur la recherche et les applications en…

Les systèmes hydrauliques transmettent des puissances élevées. La conversion de la puissance mécanique en puissance hydraulique, et…