, ,

Fabrication et réparation de vérins hydrauliques :
Chabas & Besson prône l’utilité stratégique

Spécialisation dans le sur-mesure, fabrication à flux tirés, démarches qualité, gestion des compétences, orientation vers l’ingénierie de projets… C’est une véritable petite révolution industrielle dont ont bénéficié Chabas & Besson et sa filiale Merle depuis leur reprise par Marc Bédère il y a quatre ans. Un ensemble de choix sous-tendus par une idée force : développer leurs « domaines d’utilité stratégique » pour les clients.

 « Qu’elle est l’utilité de l’entreprise pour ses clients ? » Il n’est pas exagéré de dire que la question obsède véritablement Marc Bédère depuis 2011, date à laquelle il a procédé à l’acquisition des sociétés Chabas & Besson et Merle. C’est en tout cas cette interrogation qui a guidé l’ensemble des orientations qu’il a souhaité donner à ses entreprises spécialisées dans la conception, la fabrication et la réparation de vérins hydrauliques. Pour ce faire, cet ingénieur Arts & Métiers s’est appuyé sur l’expérience acquise au sein des grands groupes industriels où il a exercé diverses responsabilités. 

Sur-mesure
« Nous avons souhaité capitaliser sur les compétences accumulées par l’entreprise depuis sa création il y a près de soixante-dix ans et nous spécialiser sur la fabrication sur-mesure. Depuis 2011, Chabas & Besson s’est recentré sur le vérin spécifique, à l’unité ou en petites séries et fonctionne dorénavant en ‘’mode affaires’’, explique Marc Bédère. Nos ingénieurs chargés d’affaires travaillent au sein du bureau d’études de cinq personnes et suivent le développement complet des projets dont ils ont la responsabilité, depuis leur conception jusqu’à la réception par les clients. Leurs compétences sont mises au service de l’ensemble du groupe. C’est ainsi que Merle, filiale de Chabas & Besson spécialisée dans la réparation de vérins hydrauliques, fait systématiquement appel à leurs services avant toute modification pour fiabiliser les matériels qui lui sont confiés. Les synergies jouent d’ailleurs à plein entre les deux entités. La fabrication de vérins neufs intègre les enseignements acquis lors des opérations de rénovation, tandis que l’activité de réparation bénéficie des nouvelles méthodes de conception optimisée. Les deux entreprises ont également développé une démarche qualité ayant abouti à l’obtention de l’ISO 9001 en 2013. « Cette certification ne nous était pas demandée par nos clients, précise Marc Bédère. Mais nous avons néanmoins souhaité la mettre en œuvre car elle nous permet de structurer et de formaliser l’ensemble de nos processus ». L’accent est également mis sur le renforcement et la gestion des compétences en interne. De nouveaux collaborateurs issus de l’industrie sont venus compléter un effectif riche de 70 salariés expérimentés dont l’ancienneté moyenne approche la quinzaine d’années.

Chabas & Besson en quelques dates

  • Créée en 1947 dans la région parisienne, Chabas & Besson était spécialisée à l’origine dans la réalisation de systèmes hydrauliques complets avant de se focaliser sur les vérins hydrauliques en 1985.
  • La société intègre le groupe Serta (futur Vensys) en 1993 et déménage sur son nouveau site vendéen du Poiré-sur-Vie deux ans plus tard. 
  • En 1997, elle procède au rachat du fonds de commerce de la société Application Hydraulique Sarrazin, spécialiste des auto-vérins. 
  • En 2005, la société Merle à Aytré (17), créée en 1977 et spécialisée dans la réparation de vérins hydrauliques, est reprise par Chabas & Besson. 
  • En 2011, Marc Bédère, ingénieur Arts & Métiers, rachète Chabas & Besson et sa filiale Merle au groupe Vensys. 
  • Aujourd’hui, l’ensemble Chabas & Besson/Merle emploie 70 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros (2014), réparti à hauteur des deux tiers dans la conception et la fabrication de vérins hydrauliques unitaires ou en petites séries, et du tiers restant dans la réparation de vérins hydrauliques.

Chabas & Besson entend capitaliser sur les compétences acquises au fil des années et assurer leur transmission grâce à un système de formation initiale et de tutorat actuellement en cours de mise en œuvre. Un certain nombre de « bonnes pratiques » seront en outre formalisées dans les différents métiers où l’entreprise a développé une véritable expertise. L’apport de ces nouvelles méthodes a permis à Chabas & Besson de « changer de monde », pour reprendre les termes de Marc Bédère, qui souhaite mettre son entreprise dans les meilleures conditions pour « développer un avenir international ». Un avenir qui passera notamment par sa capacité à proposer des prestations complètes d’ingénierie. La nouvelle devise « Hydraulic Cylinder Engineering » proclamée sur le logo de l’entreprise n’a donc pas été choisie par hasard !

Flux tirés
Un important travail s’accomplit au niveau de la garantie et du service après-vente. « Notre futur repose en grande partie sur le service que nous serons capables d’apporter à nos clients. Notre objectif est de les aider à progresser », affirme Marc Bédère. L’élaboration de contrats de maintenance de différents niveaux ainsi que la création d’un comptoir de proximité au sein de l’usine Merle à Aytré (17) s’inscrivent dans cette optique. Le PDG de Chabas & Besson ne cesse d’ailleurs de s’interroger sur ce qu’il appelle les « domaines d’utilité stratégique » de son entreprise (en référence aux Domaines d’Activités Stratégiques-DAS). Une préoccupation qui semble se révéler payante.« Certains clients préfèrent s’adresser à nous, même dans le cas où notre devis est plus élevé que ceux de la concurrence », constate Marc Bédère. A priori surprenantes, ces décisions s’expliquent, selon lui, par le fait que « Chabas & Besson travaille en mode projets et met un point d’honneur à respecter ses délais ». Cette maîtrise des délais découle directement de la nouvelle organisation de production en « juste à temps » aux termes de laquelle les ateliers fonctionnent en flux tirés. Ce dernier point s’avère en effet déterminant dans un contexte où, une fois la commande passée, les clients souhaitent disposer de leurs équipements le plus rapidement possible.

Intégration
C’est notamment pour répondre à cet impératif que Chabas & Besson et Merle ont toujours veillé à se doter d’importantes capacités de production. A cet égard, la tendance est à l’intégration des moyens afin de s’assurer une maitrise complète de la fabrication. Usinage, fraisage, tournage, soudage, rodage, chromage, rectification, montage, peinture et tests sont réalisés au sein des usines vendéenne et charentaise de Chabas & Besson et Merle. Un tour à commandes numériques de grande capacité (jusqu’à 1.200 mm de diamètre, entre-pointe 8000 mm), de nouveaux équipements de soudage (à arc submergé) et des moyens d’essais supplémentaires sont venus récemment renforcer un parc machines déjà conséquent. Chabas & Besson s’engage également sur la parfaite étanchéité de ses vérins par le biais d’un accord de distribution exclusif concernant les porteurs et les joints de la marque allemande Hunger Dichtungen. Le label « Hunger Inside » arboré par les vérins Chabas & Besson constitue ainsi un gage de qualité et la preuve d’une tribologie maîtrisée. Qu’il soit fabriqué ou réparé, chacun des vérins issus des usines Chabas & Besson et Merle est systématiquement testé sur banc d’essais, à des pressions pouvant s’élever jusqu’à 780 bar, avant sa livraison au client. 

Nombreuses applications
Cette maîtrise explique que les vérins Chabas & Besson se retrouvent sur de nombreuses applications. Leurs excellentes qualités techniques permettent une adaptation à des environnements extrêmes et des conditions d’utilisation contraignantes. Les exemples ne manquent pas ! Dans le domaine de l’énergie, ils permettent l’asservissement de vannes vapeur sur des turbines de centrales nucléaires : vérin instrumenté par capteur linéaire triple redondance, équipé d’un ressort de rappel permettant d’assurer, sans énergie, la fermeture de la vanne en 0,2 seconde. Dans le secteur des machines spéciales et de l’industrie, les vérins Chabas & Besson sont employés aussi bien dans des process de production comme des presses que dans les process de test : banc d’essais et de mesure de performances, pour l’aéronautique par exemple… Dans le domaine des travaux publics et carrières, on retrouve toute l’efficience du service Merle sur des vérins de concasseurs. Intervenant sur les prestations de remise à niveau, la filiale de Chabas & Besson a fiabilisé les actionneurs existants en réduisant également les couts de maintenance périodique. Enfin, grâce à son savoir-faire dans la conception et fabrication de vérins grandes dimensions, on trouve des actionneurs Chabas & Besson sur des applications très variées : par exemple, un vérin de serrage sur une coulée continue pour l’industrie sidérurgique avec des efforts de poussée de 1.800 tonnes (alésage 860 à 320 bar)..

Vérins autonomes
Depuis le rachat en 1997 du fonds de commerce de la société Application Hydraulique Sarrazin, Chabas & Besson propose également des vérins autonomes dotés de leur génération de pression intégrée. Ces auto-vérins brevetés se présentent sous la forme d’un ensemble complet et monobloc prêt à l’emploi. Ils se révèlent particulièrement précieux dans les cas d’installations difficilement accessibles. Complètement étanches, insensibles aux environnements extérieurs et ne nécessitant que très peu d’entretien, ils conviennent parfaitement aux milieux difficiles (poussières) ou aux ambiances corrosives. C’est le cas notamment pour la commande de casques de trémies ou de couvercles, le relevage de flèches de grues ou l’inclinaison de bras de manutention, le levage de passerelles, la commande de portes d’écluses, de vannes hydrauliques, de ponts roulants, d’aiguillages de voies ferrées… Au total,  5.000 à 6.000 vérins hydrauliques neufs sont fabriqués chaque année par Chabas & Besson tandis que quelque 2.000 autres font l’objet d’une réparation dans les ateliers de Merle. Cette activité a généré un chiffre d’affaires total de 8 millions d’euros en 2014. Ce montant devrait s’accroître sensiblement cette année du fait de l’obtention d’une importante commande  relative au projet de réalisation d’une nouvelle enceinte de confinement sur la centrale nucléaire de Tchernobyl dans le but d’éviter toute fuite radioactive lors des futures opérations de démantèlement du réacteur. 52 vérins autonomes Sarrazin - et autant de vérins électriques - seront livrés en 2015 pour la mise en place de cette enceinte… 

Les derniers articles sur ce thème

La demande ne cessant d'augmenter, l'industrie manufacturière doit s'appuyer sur des technologies d'entraînement robustes dans le cadre de…

Les paliers Life-Lube de NSK sont de plus en plus prisés dans l'industrie agroalimentaire et le secteur des boissons pour une bonne raison : ces…

Selon Philippe Dutheil, le directeur général des sept salons régionaux SEPEM INDUSTRIES qui permettent aux industriels d’une région de…