, ,

Formation oléohydraulique : l’IFC passe le cap des quarante ans

L’IFC revient sur le devant de la scène à l’occasion de ses quarante ans. Un anniversaire que l’Institut de formation continue en oléohydraulique entend célébrer, tant en consolidant les acquis de sa longue expérience qu’en proposant plusieurs nouveautés propres à enrichir son offre dans un domaine où les besoins sont toujours aussi pressants.

« 2014 se présente mieux que l’année 2013 », se félicite Laurent Noblet, directeur de l’IFC. De fait, après quelques difficultés découlant, entre autres, d’une conjoncture peu favorable aux investissements de formation dans l’industrie, l’institut présente maintenant un visage renouvelé et entend bien confirmer le statut de référence qu’il s’est bâti tout au long de ses quarante années d’existence en matière de formation continue oléohydraulique. « En quarante ans, nous avons constamment adapté notre offre aux différentes conjonctures économiques. C’est pour cela que nous sommes toujours leader de la formation continue en oléohydraulique », constate le directeur de l’IFC. 

Moyens pédagogiques
C’est ainsi que l’institut a notamment adapté son approche du marché en concentrant ses équipes administratives et commerciales sur son site de Roanne. Les stagiaires continuant, quant à eux, d’être accueillis tant à Roanne qu’au sein des locaux de Bois-le-Roi, en région parisienne.
En outre, l’IFC a pris soin de conforter et de consolider l’ensemble de ses moyens pédagogiques. Ses cours sont dispensés par une équipe de formateurs ayant l’expérience du terrain. Dans les sept salles de formation réparties sur les deux sites, les stagiaires bénéficient d’une vingtaine de bancs de simulation permettant de reconstituer la quasi-totalité des circuits hydrauliques et sur lesquels ils peuvent découvrir, démonter et réparer les principaux composants :
pompes, blocs forés, tuyauteries, accumulateurs, vérins, composants proportionnels… Quatre de ces bancs peuvent aisément être déplacés sur le site des entreprises et reproduire les circuits des machines du client pour des formations parfaitement adaptées à ses besoins.
Les entreprises se montrent friandes de ce type de pédagogie. « Les stages ‘’intra’’ montent régulièrement en puissance et représentent quelque 40% de notre activité », précise Laurent Noblet. Pour autant, les stages inter-entreprises sont toujours aussi appréciés. « Extrêmement riches en termes de diversité de situations et d’applications, ces stages font se rencontrer des stagiaires issus d’horizons très divers. Ils sont donc propices à la confrontation des idées et au brassage des expériences », remarque le directeur de l’IFC.

L’IFC en quelques dates…

  • 1974 : Création de l’IFC (Institut de formation continue en oléohydraulique) à Avon (77).
  • 1977 : Déménagement à Melun.
  • 1980 : Emménagement au sein des locaux de Bois-le-Roi. 
  • 1981 : Rachat de l’IFC par le groupe Shell. 1991 : Création de la division Hydraulique Mobile à Roanne.
  • 2001 : Rachat de l’IFC par Laurent Noblet.
  • 2014 : L’IFC fête ses 40 ans.

Souplesse et interactivité
La durée des stages a également été repensée et adaptée aux exigences du marché. C’est notamment le cas en hydraulique mobile où les formations de huit jours peuvent maintenant être scindées en deux sessions de quatre jours chacune réparties, si besoin, sur un intervalle de plusieurs mois. « Priorité à la souplesse ! », s’exclame Laurent Noblet. « Les contenus de nos cursus ont été réaménagés afin de permettre au stagiaire de revenir sur le terrain entre deux sessions et d’établir un lien entre théorie et pratique. La formule bénéficie aussi à l’entreprise qui ne se sépare de son collaborateur que sur de courtes périodes ». L’IFC s’est aussi attaché à développer l’interactivité dans le cadre de ses formations. Les stagiaires sont soumis à un contrôle régulier de leurs acquis tout au long de leur cursus, notamment par le biais de QCM immédiatement suivis des corrections appropriées. Au-delà de la formation stricto sensu, l’IFC affiche son souhait d’accompagner les entreprises dans le cadre de véritables parcours pédagogiques bénéficiant à leurs salariés dès leur recrutement. « Les entreprises rencontrent fréquemment des problèmes au moment de recruter, particulièrement dans le domaine de l’hydraulique, constate Laurent Noblet. C’est pourquoi nous leur proposons de les assister dans le cadre de tests d’embauches, prolongés par la mise en œuvre de cursus de formation individualisés tout au long de la carrière du salarié ». Enfin, toujours pour répondre au besoin de flexibilité du marché, l’institut a lancé l’année dernière une nouvelle offre en matière de formation à distance. Basée sur un programme conçu en pleine concertation avec l’entreprise cliente, cette nouvelle formule permet tout à la fois d’élaborer un rythme de travail au cas par cas et de permettre à l’entreprise de ne pas se séparer de son salarié puisque celui-ci bénéficie de la formation tout en demeurant au sein de ses locaux.

Développement à l’international
Le développement à l’international de l’IFC a été renforcé avec la création d’une implantation au Maroc. Commercialisée localement par le biais du groupe Premium, cette offre de formation bénéficie des moyens de l’institut tandis que les cours sont dispensés par des formateurs formés et agréés par l’IFC. « Cette expérience a vocation à être dupliquée dans d’autres pays, le cas échéant », souligne Laurent Noblet. Le directeur de l’IFC rappelle également l’accord conclu il y a deux ans avec Famic Technologies aux termes duquel la société canadienne peut dispenser des formations concernant son logiciel Automation Studio™ dans les locaux et avec le support de l’IFC. L’utilisation de cet outil pour contrôler, simuler et visualiser le comportement d’un système hydraulique dans son ensemble constitue un plus dans la compréhension des circuits et de leurs techniques de maintenance et de dépannage…et permet d’enrichir la palette de prestations proposées par l’IFC à ses clients. 

Expertise métier
Au-delà de l’hydraulique mobile et stationnaire, de l’électricité mobile et de la lubrification, l’IFC poursuit son développement au niveau sectoriel sur un créneau très demandeur : l’entretien des accotements routiers.

Cette spécificité de l’institut s’exerce dans le cadre de l’EFBED (Ecole de fauchage, débroussaillage, élagage et broyage) qui dispense ses formations aux conducteurs d’engins, qu’il s’agisse de tracteurs conventionnels ou de tracteurs de pente. L’expertise métier accumulée par l’IFC dans ce secteur lui permet de conseiller ses clients sur l’adaptation de leurs outils aux différents types de chantiers ainsi que de transmettre aux salariés les meilleures pratiques en matière de maintenance et de sécurité. C’est pourquoi l’IFC va s’attacher à accroître sa visibilité dans ce domaine comme dans d’autres, en  participant dans le courant du second semestre 2014 à plusieurs manifestations professionnelles spécialisées telles que B&TP en Eure et Loire, le Salon Vert destiné aux professionnels des espaces verts et du paysage à St Cheron dans l’Essonne, et Interoute & Ville à Lyon… Laurent Noblet se montre résolument optimiste quant aux perspectives de développement induites par l’ensemble de ces actions. Déjà bien étoffé en ce début d’année, le planning de formations le conforte en ce sens et l’amène d’ores et déjà à envisager l’embauche de nouveaux formateurs à plus ou moins brève échéance… 

Les derniers articles sur ce thème

Le spécialiste néerlandais du machinisme agricole Kramp projette une extension du site de Poitiers, pour accompagner sa croissance. Chaque jour,…

L'université des sciences appliquées de Sarrebrück (htw saar) est l'une des universités les plus axées sur la recherche et les applications en…

Les systèmes hydrauliques transmettent des puissances élevées. La conversion de la puissance mécanique en puissance hydraulique, et…