,

Hydraulique et automatismes : HYD&AU fédère les compétences

La récente acquisition de Fluidap a permis à Hyd&Au de franchir une nouvelle étape dans le cadre d’une stratégie combinant harmonieusement développement organique et croissance externe. Sur la base d’un savoir-faire reconnu en hydraulique, mécanique, électricité et automatismes, le groupe propose maintenant une offre globale en mécatronique. L’inauguration d’une nouvelle agence à proximité de Lyon lui a donné l’occasion de présenter l’ensemble de ses prestations et de dévoiler d’ambitieux projets, tant en France qu’à l’international.

 Avec une quinzaine de sites en France et à l’étranger, quelque 280 collaborateurs et un chiffre d’affaires atteignant les 47 millions d’euros, Hyd&Au a, au fil du temps, gagné sa place parmi les leaders de l’hydraulique en France. Cette position, le groupe familial l’a acquise sur la base de la croissance régulière de ses activités depuis son origine, il y a près de quarante ans, et d’une politique de croissance externe très dynamique menée au cours de ces dernières années.

Croissance externe
Tout a commencé en 1977, quand Gérard Couillandeau décide de créer la société ATH (Applications techniques hydrauliques) à proximité de Bordeaux. Spécialisée dans le négoce de composants et la réalisation de systèmes hydrauliques, ATH a connu une croissance régulière sur la région Aquitaine et emploie maintenant une cinquantaine de personnes pour un chiffre d’affaires de près de 8,5 millions d’euros. Gérard Couillandeau reçoit dès le début des années 2000 le renfort de son fils David, dont l’arrivée au sein de l’entreprise se traduit par le lancement de plusieurs opérations de rachats de sociétés visant tout à la fois à étendre son rayonnement géographique et à agglomérer de nouveaux savoir-faire en parfaite complémentarité avec son expertise hydraulique. Cette diversification s’est notamment traduite par l’achat dès 2001 du fabricant de vérins mécano-soudés Veraflex et l’acquisition en 2009 de la société Missio Hydraulique, plateforme agréée pour la distribution des composants hydrauliques JTEKT HPI implantée à Montesquieu (47). Reprise en 2012, la société charentaise Samélec, spécialisée dans les automatismes et la maintenance électrique, est venue ensuite apporter ses compétences en matière de contrôle-commande. Tout récemment, l’intégration d’AR Techman, société de 30 personnes basée à Saintes (17), a permis au groupe de se diversifier dans le domaine des machines spéciales. Parallèlement à ces différentes acquisitions, ATH a procédé à la mise en place de nouvelles implantations visant à accroître sa couverture géographique. Se sont ainsi succédées les agences de Colomiers (31) en 2005, Limoges (87) en 2008 et Pau (64) en 2013. Parallèlement, la prospection commerciale s’intensifiait en direction des régions Ile-de-France, Rhône-Alpes et Provence Alpes Côte d’Azur.

Une étape majeure 
Mais c’est avec l’acquisition du groupe Fluidap en 2013 qu’Hyd&Au franchit véritablement une étape majeure. « La reprise de Fluidap s’inscrit exactement dans notre stratégie d’offre globale en transmission de puissance ainsi que dans notre programme de déploiement géographique, constate David Couillandeau, président et actionnaire majoritaire de Hyd&Au. L’intégration en cours donne naissance à un acteur de tout premier plan dans le domaine de la mécatronique ». Cette opération s’est révélée particulièrement ambitieuse dans la mesure où Hyd&Au, entreprise de 125 personnes réalisant 18,5 millions de chiffre d’affaires à l’époque, se portait acquéreur d’un groupe d’une taille nettement supérieure à la sienne avec 160 collaborateurs et une activité dépassant les 32 millions d’euros ! « Nous avons du faire face à une vive concurrence pour la reprise de Fluidap, se souvient David Couillandeau. Mais ses managers ont été séduits par la structure familiale et la stratégie d’Hyd&Au, gages de stabilité et de pérennité ». 
En outre, les responsables des différentes entités de Fluidap et d’Hyd&Au ont été impliqués au capital du nouvel ensemble, les rendant ainsi véritablement parties prenantes de l’opération. De surcroît, Hyd&Au a bénéficié du soutien de la BPI (Banque publique d’investissement) tout au long de l’opération de reprise. « Nous sommes particulièrement heureux d’accompagner une entreprise telle qu’Hyd&Au et de pouvoir l’aider dans sa stratégie de constitution d’un groupe leader dans son domaine », devait notamment déclarer Fanny Letier, responsable des investissements dans les PME au sein de la BPI, lors de l’inauguration de l’agence Fluidap qui vient d’ouvrir ses portes à Saint Quentin Fallavier, dans l’Isère. 

Synergies
Appelée à devenir le pôle de réalisation de systèmes du groupe, cette nouvelle implantation dans la région Sud-Est constitue un symbole éclatant des synergies, tant géographiques que professionnelles, entre les deux partenaires. Avec Fluidap, ce sont en effet de nouveaux sites au Luxembourg et en région parisienne ainsi qu’un réseau d’agences dans tout l’Est de la France auquel s’ajoutent une implantation au Maroc, qui viennent enrichir les moyens dont dispose Hyd&Au.
Depuis sa création dans les années cinquante, Fluidap s’est bâtie une solide réputation dans le domaine de la vente de composants hydrauliques, pneumatiques et d’instrumentation ainsi que la conception et la réalisation de systèmes hydrauliques, de bancs d’essais et de matériels didactiques. En outre, Fluidap a développé une offre de services dans les domaines de la maintenance, de la réparation, de la filtration (analyse d’huile, laboratoire de proximité), de la formation et des logiciels de simulation.
L’ensemble de ces ressources le rend apte à intervenir dans des domaines aussi variés que l’offshore et l’énergie, les mines et la sidérurgie, l’automobile, l’agroalimentaire, la pharmacie ou l’aéronautique. D’un point de vue structurel, Fluidap a rejoint la division Hydraulique du groupe Hyd&Au aux côtés des sociétés ATH, Missio Hydraulique et Hynédi (vente par correspondance, e-commerce). La division Automation d’Hyd&Au, quant à elle, repose sur les compétences des sociétés Veraflex, Samélec et AR Techman.  

Une offre globale en mécatronique

Hyd&Au emploie 290 personnes et réalise un chiffre d’affaires cumulé de 47 millions d’euros. Les activités du groupe se déploient dans le cadre de ses deux divisions Hydraulique et Automation.

La division Hydraulique (180 personnes, dont 80 techniciens, pour un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros) rassemble les compétences de plusieurs entreprises :

  • ATH (Applications techniques hydrauliques), spécialisée dans le négoce de composants hydrauliques (plus de 20.000 références sur stock), la fabrication de flexibles (Parkerstore), la réalisation de systèmes, l’analyse d’huile (laboratoire de proximité Pall), la réparation et les interventions sur site (mises en routes, réglages, tuyautage, contrôle et dépollution de circuits). Basée à Vayres, près de Bordeaux, ATH dispose d’agences à Toulouse, Limoges, Carcassonne et Pau
  • Hynédi, créée en 2003 pour la vente par correspondance de matériel hydraulique et l’e-commerce.
  • Missio Hydraulique, agent national et plateforme JTEKT HPI (plus de 3.000 pompes en magasin, montages spécifiques sur demande), qui intervient également dans la réparation de vérins et la fabrication de blocs forés. 
  • Le groupe Fluidap (Fluidap France, Fluidap Luxembourg et Fluidap Afrique), spécialisé dans la vente de composants hydrauliques, de filtration, d’instrumentation et pneumatiques, la réalisation de systèmes hydrauliques et de bancs d’essais et didactiques, la prestation de services (analyse d’huile, maintenance, réparation), la formation et les logiciels de simulation (Automation Studio).


La division Automation (110 personnes, dont 20 techniciens, 12 millions d’euros), quant à elle, chapeaute les sociétés :

  • Véraflex, spécialisée dans la fabrication de vérins mécano-soudés, acier, inox, avec capteur de déplacement… destinés à de nombreux secteurs dans l’industrie et le mobile.
  • Samélec, qui intervient dans la réalisation d’armoires électriques et la conception d’automatismes.
  • AR Techman, société de conception et réalisation de machines spéciales, intégrateur agréé des robots Kuka.

David Couillandeau souhaite laisser une complète autonomie à chacune des sociétés du groupe. « Les différentes entreprises qui constituent Hyd&Au sont indépendantes et doivent pouvoir vivre de leurs propres prestations en matière de négoce, conception et réalisations de systèmes. Et cela, tout en faisant jouer les synergies le cas échéant afin d’offrir à nos grands clients une offre globale en mécatronique », précise le président d’Hyd&Au.

Offre globale
Une grande part des activités du nouvel ensemble continuera à reposer sur le négoce de composants hydrauliques et d’automatismes. La participation de la plupart des partenaires fournisseurs d’Hyd&Au à la journée d’inauguration de l’agence de Saint Quentin Fallavier constitue d’ailleurs une preuve des relations de confiance qui se sont tissées avec eux au fil des années. Le groupe représente en effet de nombreuses « cartes » de renom telles que Parker, Olaer (groupe Parker), Eaton Hydraulics, Pall, Danfoss, Turolla, Hydac, Mahle, JTEKT HPI, Poclain Hydraulics, Bucher Hydraulics… Un pôle logistique va être installé sur le site de Saint Ouen l’Aumône, hérité de Fluidap en région parisienne, tandis qu’un pôle technico-commercial, basé à Schiltigheim, près de Strasbourg, chapeautera une équipe de sept personnes chargées de l’administration des ventes. Les ventes à l’exportation, qui ne représentent pour l’instant que 4% du chiffre d’affaires global, ont également vocation à s’accroître, notamment à partir des sites Luxembourgeois et marocain. Une implantation est en cours en Inde qui devrait déployer ses activités dans les domaines de l’énergie, nucléaire et éolienne notamment. 

Groupes motopompes équipant une centrale hydraulique pour l’alimentation d’une tour de pose de flexibles sous la mer (VLS 6 Technip). © Hyd&Au

L’ensemble de ces moyens seront mis à contribution pour développer l’offre globale du groupe. Dans ce cadre, les exemples d’applications ne manquent pas, qu’il s’agisse de la réalisation de presses de panneaux de bois multi-étagées faisant intervenir les compétences hydrauliques d’ATH, les vérins Veraflex et les automatismes de Samélec, du revamping de systèmes d’écluses ou de barrages sur les voies navigables, d’interventions dans le secteur de l’énergie électrique pour EDF ou encore, dans le domaine du mobile, de la prise en charge du montage de systèmes complets pour le compte de constructeurs de machines de voirie et d’engins de travaux publics… 
David Couillandeau entrevoit également de belles opportunités de croissance dans l’Oil & Gas et réfléchit à une structuration de l’offre d’Hyd&Au dans ce domaine. « La complémentarité entre les différentes sociétés du groupe joue à plein dans le cadre de la réalisation de tels projets et cette synergie est appelée à se développer à l’avenir », pronostique le président d’Hyd&Au. La stratégie d’offre globale en mécatronique est donc plus que jamais à l’ordre du jour. C’est dans ce but que le groupe prévoit un renforcement de sa division Automation afin d’assurer un bon équilibre entre ses activités. Un projet qui impliquera vraisemblablement la réalisation de nouvelles opérations de croissance externe dans un proche avenir… 

Les derniers articles sur ce thème

Les vérins Eaton de la gamme XL sont pourvus d’un revêtement d’Eatonite, une couche anti-corrosion très dense qui empêche l’altération du…

Hutchinson Le Joint Français prépare la construction d’un nouveau bâtiment logistique d’une surface de 4 000 m2, avec 300 m2 de bureaux et…

Conçus pour des courses allant jusqu’à 220 mm, les axes et modules à moteurs linéaires proposés par Faulhaber répondent à la demande de…